english
français
RP2E INRA Université de Lorraine

Publications

Fish domestication in aquaculture: reassessment and emerging question

Cybium, 43 (1), pp. 7-15.

Teletchea, F.

2019

Historiquement l’essentiel des produits aquatiques provenaient de la capture de poissons sauvages. Cependant, la diminution des captures par pêche au niveau mondial depuis le début des années 1990, combinée à une demande croissante en produits aquatiques, ont créé une forte demande pour les produits d’aquaculture. Cela a conduit à ce qu’en 2014, la moitié des produits aquatiques consommés dans le monde est issue d’élevage. L’explosion de la production aquacole a reposé principalement sur la domestication d’un nombre croissant d’espèces de poissons téléostéens. Au total, 250 espèces appartenant à 71 familles ont été élevées au cours des dernières décennies. Parmi ces 250 espèces, 183 étaient toujours produites en 2009. Cela implique que 67 espèces ont été produites uniquement pendant une courte période (le plus souvent moins de 5 ans). Plus de 70% (n = 175) des espèces produites en 2009 ont été classées dans les trois premiers niveaux de domestication ; les autres 75 espèces ont atteint les niveaux 4 et 5, et pourraient être considérées comme domestiquées. Les 35 espèces classées au niveau 5 appartiennent à dix familles, incluant les Cyprinidae (n = 10), Salmonidae (n = 8), et Acipenseridae (n = 5). En 2009, plus de 90% de la production globale est fondée sur 20 espèces uniquement. Cela montre que la production aquacole est très fortement déséquilibrée en faveur de quelques espèces, et inversement la plupart des tentatives de domestication ont échoué à atteindre des volumes significatifs. Les espèces majeures dans la production aquacole ont été fortement introduites à travers le monde, notamment au cours du siècle dernier, si bien que l’essentiel de la production aquacole repose sur l’élevage de quelques espèces introduites dans de très nombreux pays. Néanmoins, depuis quelques années, la volonté de favoriser les espèces natives en aquaculture a conduit à des changements importants dans de nombreux pays, notamment en Amérique du Sud. Avec le très fort développement de l’aquaculture et des programmes de repeuplement, des milliards de poissons captifs appartenant à plus de 300 espèces sont relâchés accidentellement ou volontairement dans le milieu naturel. Cependant, les poissons captifs diffèrent de leurs congénères sauvages et peuvent développer des phénotypes défavorables en milieu naturel. Par conséquent, le relâché de poissons nés en captivité devrait être considéré comme le dernier recours une fois que les autres mesures ont échoué (e.g. diminution des captures, et restauration ou modification des habitats). Tous les efforts devraient être mis en œuvre pour éviter le plus possible que les poissons élevés ne s’échappent des fermes

Imprimer le document

215 Publications depuis 2014

Imprimer le listing

2020

ACL - Articles comité de lecture référencés bases de données HCÉRES

2019

ACL - Articles comité de lecture référencés bases de données HCÉRES

ACLN - Articles comité de lecture non-référencés bases de données HCÉRES

2018

ACL - Articles comité de lecture référencés bases de données HCÉRES

ACLN - Articles comité de lecture non-référencés bases de données HCÉRES

2017

ACL - Articles comité de lecture référencés bases de données HCÉRES

ACLN - Articles comité de lecture non-référencés bases de données HCÉRES

2016

ACL - Articles comité de lecture référencés bases de données HCÉRES

2015

ACL - Articles comité de lecture référencés bases de données HCÉRES

ACLN - Articles comité de lecture non-référencés bases de données HCÉRES

2014

ACL - Articles comité de lecture référencés bases de données HCÉRES

ACLN - Articles comité de lecture non-référencés bases de données HCÉRES

Voir les productions antérieures

Toutes les productions scientifiques