english
français
RP2E INRA Université de Lorraine

Projets de recherche

Micropolluants & résidus dans la chaîne alimentaire (MRCA)

  • CABARET : ContAmination des matrices Biotiques et Abiotiques par les Résidus phytopharmaceutiques en ETangs.

    CABARET est un projet de recherches de l’équipe MRCA mené en collaboration avec l’ONCFS (Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage), ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail) et l’AFB (Agence Française pour la Biodiversité).

    Ce projet s’attachera à apprécier dans diverses régions (Lorraine, Dombes et Sologne) soumises à des pratiques agricoles et piscicoles variées, la contamination des matrices abiotiques (eau et sédiment) et des organismes qui constituent la biodiversité de ces écosystèmes étangs. Le transfert de pesticides sera évalué au sein des réseaux trophiques aquatiques mais intègrera également l’avifaune (par ex. canards Milouin et Colvert).

    Ce projet, sous la coordination scientifique de Damien Banas, se positionne au cœur du thème de recherche transversal « eau-contaminant » de l’UR AFPA.

  • DeChlorMeth

    Dégradation de la chlordécone par méthanisation des effluents d'élevage. Ce projet est une étude de faisabilité financée par le PNR-EST ANSES. Il associe l'URAFPA, la plate-forme méthanisation de la Bouzule et l'unité Génomique Métabolique de l'Université d'Evry - CEA.

  • RÉPONSE : Rôle des Étangs sur le devenir des Pesticides d'OrigiNeS agricoles et sur la qualité des cours d'Eau de têtes de bassins versants.

    RÉPONSE est un projet de recherches placé sous la coordination scientifique de Damien Banas au sein de l’équipe MRCA. En collaboration avec l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail), l’AERM (Agence de l’Eau Rhin Meuse) et l’ISA (Institut des Sciences Analytiques de Lyon), l’équipe MRCA de l’UR AFPA s’attachera à évaluer les répercussions des petits plans d’eau (étangs) sur le transfert de pesticides d’origine agricole.

    Ce projet s’attachera à apprécier le devenir des pesticides mais également de leurs produits de métabolisation. Cette étude, d’une durée de trois ans, permettra ainsi d’apprécier si les petits plans d’eau peuvent constituer une zone d’abattement de la charge en produits phytosanitaires véhiculés sous formes dissoutes et particulaires dans les ruisseaux de tête de bassin versant.

  • SECCAs-2 : Sources Environnementales de Contamination des Chevaux en Arsenic-2

    Le projet SECCAs-2 (Sources Environnementales de Contamination des Chevaux en Arsenic) financé par l’Institut français du cheval et de l’équitation (Ifce) est une collaboration entre le laboratoire PEIRENE (Université de Limoges), le laboratoire des courses hippiques (LCH), la station expérimentale de l’Ifce située à Chamberet et l’URAFPA. L'arsenic est une substance prohibée au regard des codes des courses hippiques (trot et galop) au regard de son classement en tant que substance dopante. Le suivi de concentrations urinaires en arsenic mesurées chez des chevaux non traités révèle des concentrations pouvant dépasser le seuil international de 300 µg/L, démontrant l’existence de faux positifs (i.e. chevaux pouvant être considérés dopés alors que l’exposition est involontaire). Le projet SECCAs-2 vise ainsi à répondre à une forte attente de la filière équine sur l’exposition des chevaux à l’arsenic lorsqu’ils pâturent des parcelles présentant une anomalie géochimique.

    Des premiers travaux (projet SECCAs-1) suggèrent une exposition seulement partielle des chevaux via l'ingestion d'eau et d'herbe. Le projet SECCAS-2 permettra de mieux comprendre les transferts d’arsenic du sol vers les plantes et vers l’animal, et de développer les connaissances sur la contribution des matrices environnementales (sol, végétaux, eau souterraine, eau de rivière) à l’exposition des chevaux. L'URAFPA interviendra au niveau de l'évaluation des quantités de sol ingérées par les chevaux dans différentes conditions (sol sec, parcelles gorgées d'eau, etc.), ainsi que dans l'évaluation de la salissure de l'herbe par des particules de sol. L'objectif est d’analyser dans quelle mesure l'ingestion de sol peut expliquer les concentrations urinaires en arsenic mesurées chez les chevaux au pâturage sur des parcelles présentant une anomalie géochimique. Ces éléments pourront permettre d'établir des recommandations de gestion du pâturage pour que les chevaux ne dépassent pas le seuil international réglementaire d’arsenic urinaire.

Projets clôturés

  • Ingestion de sol chez les équins et les bovins

    Ce projet est mené en collaboration avec l’Institut français du cheval et de l’équitation (Ifce) et l’INRA (UMRH, Domaine expérimental du Pin). Il consiste à estimer l’ingestion de sol réalisée par des équins et des bovins conduits sur des parcelles du Domaine du Pin (Normandie) à l’échelle d’une saison de pâturage de fin avril à début novembre. Le dispositif expérimental permet de suivre trois lots avec des équins seuls, des bovins seuls, et des équins et des bovins en pâturage mixte simultané. Ce projet permettra d’apporter des références sur l’ingestion de sol par les équins, qui a été très peu étudiée jusque-là, et d’effectuer des comparaisons avec les bovins dans les mêmes conditions de pâturage. Evaluer l’ingestion de sol par les équins présente des enjeux pour la santé, le bien-être et les performances zootechniques et sportives des chevaux. L’accumulation de sol ou de sable dans le tube digestif peut entraîner une réduction de la digestibilité et de l’absorption des nutriments au niveau intestinal ou encore des coliques de sable.

          

  • INSSICCA : INnovative Strategies to Secure Animal Production In Chlordecone Contaminated Areas

    Le projet INSSICCA (INnovative Strategies to Secure Animal Production In Chlordecone Contaminated Areas) a pour but de proposer aux éleveurs antillais des stratégies adaptatives leur permettant de produire des aliments sains malgré le contexte de pollution des écosystèmes par la chlordécone. Ce projet a été financé en 2015-2016 par le PITE, il est actuellement financé par l’ANR (2017-2021) et coordonné par G. Rychen. Le consortium en cours comporte 7 laboratoires partenaires. Pour davantage d’information, merci de se reporter au site internet dédié : http://inssicca.fr/.

  • PIEGEACHLOR : Piégeage des Composés Halogénés Lipophiles Organiques Rémanents

    Le projet PIEGEACHLOR (Piégeage des Composés Halogénés Lipophiles Organiques Rémanents) est financé par l’ADEME dans la cadre de l’appel à projet R&D GESIPOL «Recherche pour la gestion intégrée des sites pollués». Coordonné par C. Feidt et M. Delannoy il associe 5 laboratoires de recherche et une entreprise lorraine. L’objectif est de tester la capacité de matières hautement carbonées (biochar et/ou charbon activé) à séquestrer des polluants tels que polychlorobiphényles, dioxines, furanes ou chlordécone afin de limiter leur biodisponibilité. Une de ses originalités repose sur les différentes cibles biologiques étudiées : le microbiote du sol, lombriciens et enchytréides, radis et courgette ainsi que la poule pondeuse.